Publié le Laisser un commentaire

Composition du savon d’Alep, du 100% naturel !

Composition du savon d'Alep ? Du 100% naturel ! Quatre ingrédients : huile d'olive, huile de baie de laurier, soude, eau et c'est tout ! Les ingrédients du savon d'Alep: l'huile d'olive Savon-Alep.Shop

Tout d’abord sachez que la composition du savon d’Alep authentique est très simple. Elle ne compte que 4 éléments. De l’huile d’olive, de l’huile de baie de laurier, de la soude et de l’eau !

En effet les maîtres savonniers d’Alep fabriquent ces savons d’Alep traditionnel dans le respect des modes de production millénaires. Ils subliment ainsi ces 4 ingrédients simples et naturels. Nos savons répondront ainsi à tous vos usages quotidiens. Hygiène corporelle, soins du corps, lessive, vaisselle, …

Notre fournisseur Saryane importe donc des savons d’Alep garantis sans colorant, ni parfum, ni additif, ni huile de palme.

Mais rentrons dans le détail de la composition du savon d’Alep.

Composition du savon d’Alep: l’huile d’olive – zayt zaytūn

C’est souvent l’ingrédient principal dans la composition du savons d’Alep traditionnel (en pain) ou liquide que nous proposons. Seul, le savon d’Alep à 55% d’huile de baie laurier compte une proportion d’huile de baie de laurier supérieure à celle de l’huile d’olive.

Composition du savon d'Alep ? Du 100% naturel ! Quatre ingrédients : huile d'olive, huile de baie de laurier, soude, eau et c'est tout !
Les ingrédients du savon d'Alep: l'huile d'olive 
Savon-Alep.Shop

L’huile d’olive est l’ingrédient principal du savon d’Alep. De tout temps, elle a été produite en grande quantité dans la région d’Alep

La cueillette des olives se déroule d’octobre à décembre.

Idéalement le pressage, se fait rapidement après la récolte. Pendant longtemps, l’huile d’olive était extraite en une ou deux pressions à froid. L’huile de première pression était le plus souvent destinée à la consommation alimentaire. La production du savon d’Alep se faisait à partir de l’huile de deuxième pression. Cette dernière était obtenue à partir de la pulpe issue de la première pression, stockée dans des sacs et arrosée avant d’être pressée à nouveau. Les artisans savonniers procédaient à la décantation du liquide obtenu pour séparer l’huile de l’eau.

Un lien entre Alep et les villages

Les villageois produisaient l’huile dans les pressoirs collectifs autour d’Alep. Ils stockaient ensuite l’huile dans des outres en peau de chèvre ou mouton retournée (ẓarfs). Les villageois les transportaient ensuite vers Alep à dos d’ânes. En 1930, on trouvait encore dans la région d’Alep plus de 600 pressoirs villageois. Dans les années 80, les ẓarfs servaient encore sur les marchés d’Alep pour stocker du beurre fondu. Mais des fûts métalliques de 200l les remplaçaient pour le transport de l’huile d’olive.

Dans les savonneries, les savonniers stockaient ensuite l’huile dans de grandes citernes enterrées. L’huile y décantait patiemment. Certaines savonneries comptaient jusqu’à 15 citernes de 8 à 10 tonnes de contenance chacune. La forme de ces citernes – évasées à la base, resserrées au sommet et fermées d’un couvercle en bois – permettait de faciliter la décantation. Cela évitait également que l’huile ne soit trop en contact avec l’air.

Composition du savon d’Alep: l’huile de baie de laurier – zayt ġār

La renommée du savon d’Alep lui doit beaucoup ! Elle le distingue des autres savons naturels comme le savon de Marseille traditionnel.

Lorsque le processus de saponification touche à sa fin, les maîtres savonniers ajoutent l’huile de baie de laurier. Elle donne au savon son odeur si caractéristique.

Traditionnellement les syriens cueillent les baies de laurier des régions d’Antioche ou de Lattaquié, dans les montagnes du bord de mer de la Syrie ou de la Turquie.

A maturité, les baies de laurier sont de petits fruits noirs, brillants et de forme ovoïde. Lorsque l’automne arrive, la baie de laurier est très chargé en corps gras. Nous sommes alors à la meilleure période pour en extraire l’huile. Les baies de laurier sont plongées dans de l’eau bouillante. Elles éclatent et libèrent à la surface du bouillon une huile que l’on collecte au fur et à mesure de son apparition.

Comme l’huile d’olive, l’huile de baie de laurier était autrefois livrée aux fabricants du savon d’Alep dans des ẓarfs, ces outres de peau de mouton ou de chèvre depuis longtemps remplacées par des fûts métalliques de 200 l.

Et dernier ingrédient :  la soude – šnān

La soude est un composant indispensable des savons traditionnels. Mais la vision de ce mot dans la liste des ingrédients du savon d’Alep suscite souvent interrogations ou inquiétudes. L’occasion d’amener quelques précisions sur un composant essentiel mais ne représentant pas plus de 0.5% du savon final. En effet, si à Alep la lessive de soude représente 10 à 15 % du mélange initial, la préparation est abondamment rincée à l’eau en fin de processus. La soude disparaît donc presque entièrement du savon final !

Végétale ou minérale, la soude est l’agent alcalin indispensable au processus de saponification.

Un peu d’histoire

Traditionnellement à Alep, la soude utilisée pour la fabrication du savon d’Alep provenait de la combustion de plantes, souvent de la soude brûlée – Salsola Kali ou šnān en dialecte local. Cette plante arbustive est abondante dans la région de Palmyre. Elle contient des carbonates de soude et de potasse.

Les Bédouins ramassaient la plante, la stockaient pour séchage puis la brûlaient dans des fosses. Ils la consumaient pendant plusieurs jours jusqu’à obtenir après refroidissement un bloc solide de couleur grisée.

Les Bédouins transportaient à dos de chameau le matériau obtenu. Ils le vendaient ensuite aux commerçants ou à l’administration ottomane qui le revendait alors aux savonneries et l’exportait parfois.

La production et le commerce du šnān furent même réglementés à certaines époques. Monopole d’État, l’administration ottomane fixait la liste des villages autorisés à produire cette soude végétale. Le bloc de cendres était alors broyé avant d’être fourni aux fabricants du savon d’Alep.

A la chute du système ottoman, les savonniers prennent en charge le broyage des blocs de cendres. Ils commencent dès le début du 20ème siècle à y adjoindre de la soude minérale.

Aujourd’hui les Bédouins ont abandonné la cueillette et la transformation commerciale du šnān, peu rentables. La soude minérale (obtenue à partir de sédiments marins) remplace la traditionnelle soude végétale.

– – – – –

Sur Savon-Alep.Shop vous trouvez les traditionnels pains de savon d’Alep, c’est ici. Vous trouvez également du Savon d’Alep liquide à 40% ou 20% d’huile de baie de laurier en flacon à pompe de 500ml, en bouteille d’1L ou en bidon de 5l. Mais aussi du savon noir de hammam.

Et nous vous proposons ici des accessoires de bains (gants kessa, loofah,…)

Enfin si vous recherchez une vision de tous nos produits et des lots promotionnels que nous proposons, n’hésitez pas à consulter notre boutique !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.